Accueil  |  Interview  |  Alexandre ROUSSEL

Alexandre ROUSSEL | 10/01/2010

Dynamique

Né le 6 avril 1975 à Nantes

Nombre de victoires : 376 en plat ; 15 en obstacle

Au service de Cyriaque Diard

  

Bien qu'il ait grandi loin des chevaux, Alexandre Roussel a très tôt éprouvé l'envie de travailler avec cet animal. Après un stage à Callas, Alexandre entame son apprentissage chez Christian Scandella, puis poursuit ses études à l'école technique de Graignes. C'est à cette époque qu'il rencontre Cyriaque Diard, son « père spirituel » comme il le surnomme. Ensemble, ils montent l'écurie et croisent sur leur route des carcks d'obstacle comme DARASTAN, HAVRE DE THAIX ou de plat comme HELIOS QUERCUS.

Avec près de 400 gagnants dont 15 en obstacle, Alexandre prend toujours autant de plaisir à exercer son métier de jockey.

  

Quel est ton meilleur souvenir ? Mes victoires de groupes avec HELIOS QUERCUS, le Critérium International de Saint-Cloud et le Prix des Chênes à Longchamp.

Ton cheval de coeur... MAGIC SECRET que j'adorais. Je l'ai débourré, je l'ai débuté. J'ai remporté plusieurs victoires avec lui dont une course D à Craon.

Quel professionnel t'a le plus marqué ? Les professionnels pour qui j'ai du respect sont nombreux et viennent d'horizons différents. Il y a Jean-Michel Bazirre, Pierre Lévesque dans le trot, Guillaume Macaire en obstacle, etc. Si j'avais été assistant, j'aurais aimé faire des stages chez de grands entraîneurs comme ces hommes-là.

 

GOÛTS ET COULEURS

Ton plat préféré...

Un lieu... Les Callanques de Cassis. Je suis né à Nantes, mais j'ai grandi dans la région d'Aubagne.

Une couleur... Le vert.

Un loisir... Je n'ai pas la place pour un autre loisir, mais dès que je peux je consacre du temps à ma femme et à mes trois enfants, à mes amis.

Un vêtement... J'aime me sentir le plus à l'aise possible, surtout quand je jardine.

 

CARACTÈRE

 

Ce qui te met de bonne humeur... Le soleil.

Ce qui t'énerve... La pluie.

Une qualité que tu admires chez les autres... La sagesse.

 

ET SI ...

Et si tu étais quelqu'un de célèbre... Goulven Toupel...un exemple !

Si tu n'avais pas été jockey... Je me serais engagé dans l'armée.

 

ACTUALITÉ

Ton actualité : Après avoir participé à quelques courses à Deauville et à Pau, je profite de mes vacances jusqu'au mois de février. Je ne peux pas encore me prononcer sur les chevaux de l'écurie, mais une chose est sûre, qu'ils soient yearlings ou qu'ils aient 3 ans, ils sont façonnés de la même façon.

Personnellement, je ne me fixe pas vraiment d'objectif, j'ai bientôt 35 ans et je pense continuer à monter encourse pendant 2 à 3 ans encore, tant que ma condition physique me le permet et tant que Cyriaque Diard continue d'entraîner. L'écurie est une grande famille dont il est difficile de se séparer.

Actualité internationale : Qu'est-ce qui a retenu ton attention en 2009 ? Une phrase de notre Président à propos du travail. Je pense qu'il faut travailler pour réussir et travailler davantage quand on a quitté l'école pour apprendre un métier manuel. Il ne faut pas faire de nos enfants des fainéants.