Accueil  |  Interview  |  Thierry THULLIEZ

Thierry THULLIEZ | 31/08/2017

Thierry Thulliez, le jockey aux yeux revolvers

Thierry Thulliez, le jockey aux yeux revolvers, remporte sa 1500ème  victoire française. 

On ne le présente plus … un jockey à la carrière exemplaire, un technicien, un crack, qui vient d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître !

Retour en arrière …

Celui que tout le monde appelle « TuTu » commence en 1990. Il signe sa première victoire à … Deauville avec SOLEIL D’AMOUR, en Août 1991. Le 26 précisément, le jour de l’anniversaire de sa maman, sans qui tout cela n’aurait été possible.  Sûrement un signe …

La suite, beaucoup d’entre vous la connaisse ! 27 ans de  carrière qui ont filé à toute allure.

Après quelques années en obstacle, ce sera le plat qui fera de Thierry le crack d’aujourd’hui.

Sa victoire dans le Prix de Diane en 1995 avec CARLING est incontestablement le véritable tournant de sa carrière. Il précise cependant que « son année » mémorable restera 2002, l’année de toutes les victoires : le Jockey Club avec SULAMANI, la Breeder’s Cup avec DOMEDRIVER, un nombre incalculable de Groupes, une 2ème place dans l’Arc de Triomphe … Même si malheureusement aucune cravache vient sacrer sa carrière, il terminera en tête des gains cette année là.

Toujours à l’arrivée dans la course la plus prestigieuse du mois d’octobre (2ème, 3ème, 5ème), une victoire dans l’Arc manque peut être à son palmarès irréprochable.

Tutu est serein et ne regrette rien. Il a profité de toute sa carrière et avoue ne jamais avoir penser au départ que sa carrière puisse être aussi belle, aussi longue, et peut être ne pas avoir pu mieux faire s’il devait recommencer. Il dit clairement être un privilégié.

Des victoires plein la tête, des trophées plein la maison, il pense à tous ceux qui lui ont permis de réaliser ces exploits, les professionnels, les propriétaires, ses proches et bien sur les chevaux !

Un peu nostalgique de ses belles années, d’un métier sûrement différent d’aujourd’hui, il reste respectueux des jeunes qui choisissent cette carrière, une course contre la montre dans tous les sens du terme, une profession de plus en plus compliquée qui évolue avec les générations …

Pour lui, deux champions pour qui il a toujours eu de l’admiration ; un pilote, Frankie Dettori, tant par sa façon de monter que pour ses qualités d’homme ; et un cheval, FRANKEL, un crack, invaincu, la crème de la crème qui confirme son talent et sa qualité en tant que reproducteur.

Aujourd’hui, il avoue que la compétition lui manque, la qualité des chevaux et l’état d’esprit d’antan  ... les temps  et les mentalités changent comme on dit …

Cependant, 26 ans après sa première victoire quasi jour pour jour, il remporte … toujours à Deauville sa 1500ème victoire française avec SEE YOU SOON … encore un signe ?

Mais en 2017, qu’est ce que cela représente ?

TT «  C’est un aboutissement d’une longue carrière. J’en suis fier.  Je crois que cela voulait dire beaucoup il y a 20 ans, peut être que la saveur est différente à l’heure où l’élite du vestiaire nous offre une compétition acharnée avec plus de 300 gagnants par an… 

Je continuerai à faire mon métier tant j’aurai la motivation, la forme et … le poids. Le jour où la passion me quittera ... j’arrêterai ! »

L’Association des Jockeys félicite chaleureusement son vice président de plat, Thierry Thulliez, pour sa carrière constante et remplie de victoires. Sa présence dans les pelotons manque à beaucoup ! Son talent et sa gentillesse en ont surement  inspiré certains … à juste titre.

Bravo TUTU !